Interview de Willem avant l'ouverture du la 41e édition

Le vendredi 13 décembre 2013 à 16h46

Grand Prix du Festival en 2013, le talentueux Willem, se voit consacrer une exposition rétrospective, de près de 200 originaux, intitulée Willem, ça, c’est de la bande dessinée ! qui revient par ailleurs sur sa longue et prolifique carrière. L’occasion de lui poser quelques questions sur les festivités à venir…

×

© Fibd 9e Art+, photo LeGoff & Gabarra

×

Depuis la conférence de presse, vous n’avez pas manqué la remarquable affiche que Willem a concoctée pour cette 41e édition du Festival international de la bande dessinée. « Je crois qu’une affiche c’est autre chose qu’une illustration. Un rond attire tout de suite l’œil. De l’autre côté de la rue cela doit être visible, c’est un affichiste qui m’a dit ça. Autour de l’œil, il y a plein de personnages, parce que c’est de la bande dessinée. Il faut des personnages. C’est la même chose pour le jaune. J’aime bien le jaune comme fond du dessin, ce n’est pas vraiment neutre mais pas non plus violent comme le rouge ou triste comme certaines couleurs. Non, le jaune ça me va bien. » 

×

Mais la tâche de président du Grand Jury ne s’arrête bien entendu pas là. Interrogé sur son rythme de lecture en bande dessinée, Willem se qualifie volontiers de « grand lecteur »… mais avoue ne pas toujours avoir besoin de lire les livres jusqu’au bout pour s’en faire une idée : « Après une dizaine de pages, je sais à peu près si ça me plait ou non. C’est le graphisme qui m’attire en premier, toujours, et après il faut s’accrocher à l’histoire. »

×

Autre sujet qu’il nous a paru intéressant d’aborder : le regard que porte Willem, né aux Pays-Bas en 1941, sur la florissante scène néerlandaise contemporaine. « Je ne connais pas tout… je viens d’acheter deux albums, d’ailleurs. Mais ça apporte un peu de fraîcheur dans le festival, non ? Comme Kamagurka… C’est de l’humour nonsense, absurde, qui a influencé beaucoup de dessinateurs aux Pays-Bas. Ça n’a pas vraiment percé en France ou dans d’autres pays, mais en Flandre oui. Kamagurka, c’est vraiment le grand ! » Ce qui tombe plutôt bien : Kamagurka et Herr Seele, les auteurs de Cowboy Henk, sont présents à Angoulême 2014.

×

En marge de l’exposition consacrée à Willem, il faut d’ailleurs évoquer l’Atelier populaire néerlandais, sous la direction de Gert Jan Pos et Joost Swarte. « Pour les thèmes, c’est à eux de voir. Mais le plus dur sera de les réveiller tous les matins ! Et ce n’est pas moi qui m’en occuperai… ». Une vingtaine de jeunes auteurs se relayeront pendant toute la durée du Festival pour imprimer tous les jours quatre ou cinq affiches en rapport avec l’actualité – sous toutes ses formes. Celles-ci seront collées dans toute la ville d’Angoulême et régulièrement remplacées, rappellant le caractère éphémère de l’affichage sauvage dans les années 1960-1970.

La bande dessinée est dans la rue !
 

×

© Fibd 9e Art+, photo LeGoff & Gabarra